/// Théâtre

>> Jean-Marie Bigard de Baptiste Sornin, mise en scène Karim Barras (avril 2016)

>> Kapital d'après Thomas Piketty, mise en scène Ivica Buljan (août 2015)

>> Inuit de Jean Debefve et Julie Annen, mise en scène Julie Annen (août 2014)

>> Le Dragon d'Or de R. Schimmelpfennig, mise en scène Sofia Betz (mars 2014)

>> Le Réserviste de T. Depryck, mise en scène Antoine Laubin (mars 2013)

>> Hamlet de W. Shakespeare, mise en scène Michel Dezoteux (février 2013)

>> De la nécessité des Grenouilles de V. Thirion, mise en scène Sofia Betz (octobre 2011)

>> Black Tarentula d'après K. Acker, mise en scène Selma Alaoui (mars 2011)

>> I would prefer not to de et mis en scène par Selma Alaoui (février 2011)

>> Projet Lulu d'après F.Wedekind mise en scène V. Sornaga (octobre 2010)

>> Le Songe d’une nuit d’été de W. Shakespeare, mise en scène V. Sornaga (juin 2009)

>> Mars de Fritz Zorn, mise en scène Denis Laujol (mars 2009)

>> Game Over de et mis en scène par Jeanne Dandoy (janvier 2008)

>> Anticlimax de Werner Schwab, mise en scène Selma Alaoui (octobre 2007)

>> Etats d’urgence création collective sous la direction de Thomas Ostermeier (février 2007)

>> Pop? création collective, mise en scène Armel Roussel (novembre 2005)

>> Oedipe à Colone, mise en scène Vincent Sornage (octobre 2005)

>> Hamlet (version athée) de W. Shakespeare, mise en scène Armel Roussel (février 2005)

 

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::


Jean-Marie Bigard de Baptiste Sornin (avril 2016)

Mis en scène par Karim Barras



Le 18 juin 2004, Jean-Marie Bigard, humoriste français, a rempli le stade de France. Je veux comprendre pourquoi je n'y suis pas allé.







Le 30 avril 2016, 20h30, Théâtre les Tanneurs (Bruxelles).



:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::


Kapital d'après Thomas Piketty (aout 2015)

Mis en scène par Ivica Buljan

Production: Ecole des Maitres 2015.



Mis en scène: Ivica Buljan / Ecole des Maitres 2015


Au cours de l'Ecole des Maîtres, Ivica Buljan va travailler avec les stagiaires sur un projet intitulé "Le Capital", développé au départ de la lecture de l'œuvre - fondamentale – de l'économiste français Thomas Piketty consacrée aux mécanismes du capitalisme contemporain (« Le capitalisme au XXIème siècle »). L'intention d’Ivica Buljan est de prendre la notion de Capital, ou le discours sur son essence, comme matériaux de représentation, de la même manière que la mythologie et ses archétypes ont été utilisés dans le théâtre antique. En référence à des auteurs différents et différentes formes de capital - économique, symbolique, social, culturel - ainsi que des sujets tels que l'injustice économique, la justice sociale, le progrès, les formes de domination, le concept autour duquel l'Ecole des Maîtres gravitera cette année sera de rendre visible un des concepts clés de la réalité moderne, par la construction d'images pour un théâtre expérimental / performatif / participative.



Avec: Luca Anić (HR), Gautier Boxebeld (FR), Leonor Coutinho Cabral (PT), Ivan Colarić (HR), Yuri D’Agostino (IT), Camille Grange (BE), Benjamin Krnetić (SLO), Anaïs Muller (FR), Silvio Mumelaš (HR), Berdine Nusselder (BE), Silvia Pietta (IT), Patrícia Pinheiro (PT), Vanda Ricardo Rodrigues (PT), Cécile Roger (FR), Elisabetta Scarano (IT), Giovanni Serratore(IT), Marie Simonet (BE), Baptiste Sornin (BE), Petra Svrtan (HR), João Ventura (PT)

Les résultats de l’atelier seront présentés au public : à l’issue d’une leçon ouverte à la fin de la session de Udine et lors de 6 présentations finales, en Croatie, Slovénie, Italie, Belgique, France et au Portugal.





:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Inuit de Jean Debefve et Julie Annen (aout 2014)

Mis en scène par Julie Annen

Production: Pan la compagnie et Théâtre de La Galafronie.

Un spectacle à partir de 8 ans, en tournée dans les écoles et les théâtres...

La mission du Grand Parc Zoologique est simple: préserver de l'extinction les espèces menacées en divertissant et instruisant petits et grands, dans un parc d'attraction qui fait la fierté de la région. Mais de quels tours ce vieil Inuit, retrouvé sur un morceau de banquise flottant au large des côtes belges, est-il encore capable ?
Racontera-t-il, comme son gardien le souhaite, la légende inouïe que l'on ne raconte qu'à son propre enfant ?
Peut-on choisir au-delà des mers celui ou celle qui métamorphosera et perpétuera nos coutumes, nos valeurs, nos savoirs et nos rêves?


Rôle: Le Gardien



Un spectacle à partir de 8 ans, en tournée dans les écoles et les théâtres...

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Le Dragon d'Or de R. Schimmelpfennig (mars 2014)

Mis en scène par Sofia Betz

Théâtre Varia/ Atelier 210

Dans la minuscule cuisine du Dragon d’or, resto express typiquement chinois-thaï-viet … les cuisiniers s’affairent autour de woks qui grésillent. Ce soir-là, le Nouveau, clandestin et fraîchement débarqué de Chine, souffre d’un terrible mal de dent qui va être vite soigné : une pince rouillée, un p’tit coup de schnaps, et zou, la dent s’envole dans la soupe Pad Thaï n° 6 dont la jeune hôtesse de l’air va se délecter… A présent, il y a de la place dans la bouche du petit nouveau. De quoi avoir une conversation longue distance avec oncles, tantes, parents qui demandent des nouvelles. Comment c’est l’Europe ? Comment se porte ta sœur ? Et tandis que Le Dragon d’or crache ses saveurs exotiques allant du super épicé au pas trop s’il vous plaît et que le Nouveau se vide de son sang dans la petite cuisine, les clients se quittent ou se réconcilient dans la salle du restaurant ou dans l’immeuble. Quant à la sœur ? Tapie dans les réserves de l’épicier du coin, elle attend son heure…


Rôle: le jeune homme

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Le réserviste de T. Depryck (mars 2013)

Mis en scène par Antoine Laubin

Théâtre National / L'L

Trois acteurs donnent voix et corps à un homme qui a choisi de se mettre sur le côté du marché de l’emploi, avec la conviction (folle ?) de rendre service à la société en faisant ainsi partie de la « réserve » (comme à l’armée). Entre présentation, récit et jeu, Le Réserviste dresse le portrait improbable de ce « parasite » (comme on aurait vite fait de le qualifier). Une figure à la fois libératrice et pathétique, sinon consternante, pour une parabole en forme de pied de nez sur la place que l’on donne au mot « travail » aujourd’hui, et sur le système qui s’articule autour de lui…

Rôle: le réserviste

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Hamlet de W.Shakespeare (février 2013)

Mis en scène par Michel Dezoteux

Théâtre Varia/ Mons/ Liège/ Guadeloupe

Le roi du Danemark, père d'Hamlet, est mort récemment. Son frère Claudius l'a remplacé comme roi1 et, moins de deux mois après, a épousé Gertrude, la veuve de son frère. Le spectre du roi apparaît alors et révèle à son fils qu'il a été assassiné par Claudius. Hamlet doit venger son père et pour mener son projet à bien simule la folie. Mais il semble incapable d'agir, et, devant l'étrangeté de son comportement, l'on en vient à se demander dans quelle mesure il a conservé sa raison. On met cette folie passagère sur le compte de l'amour qu'il porterait à Ophélie, fille de Polonius, chambellan et conseiller du roi. L'étrangeté de son comportement plonge la cour dans la perplexité. Mis en cause à mots couverts par Hamlet, Claudius perçoit le danger et décide de se débarrasser de son fantasque neveu.

Rôle: Horatio

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Britannicus de Jean Racine (janvier 2012)

Mis en scène par Françoise Delrue

Théâtre Rose des Vents (Lille), Douai, Armentières, Arras, Tulle...

Fait divers historico-familial, Britannicus met en jeu la complexité universelle de l'homme. L'enchaînement des événements ne nous surprend pas. Dans cette mise en scène de Françoise Delrue, toute la dramaturgie consiste à traquer la mécanique fatale qui conduira Néron à se débarrasser de Britannicus, héritier légitime de l'Empire. Britannicus est une pièce qui place la question du pouvoir au cœur du processus tragique et met en scène ce qu'il faut bien appeler des monstres. Le pouvoir n'érige-t-il pas en art le crime d'État, qu'il appelle raison d'État. En filigrane, la pièce délivre un message politique: s'ils revendiquent leurs droits à l'exercice, parfois abusif, de leur pouvoir, nos contemporains n'en auraient-ils pas parallèlement oublié leurs devoirs?

Rôle: Néron

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

De la nécessité des Grenouilles de Virginie Thirion (octobre 2011)

Mis en scène par Sofia Betz

Théâtre Atelier 210 (Bruxelles)

Trois hommes. On les croirait sortis d’un mauvais film noir, et pourtant, ce sont eux qui dirigent la ville. Ville que quittent les usines, ville au bord d’une faillite certaine. Pour sauver la situation, ils empilent les magouilles, et tout serait parfaitement rentré dans l’ordre, si les Respectueux de l’environnement n’étaient pas venus y plonger leur nez …

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Black Tarentula d'après K. Acker (mars 2011)

Mis en scène par Selma Alaoui

Festival XS, Théâtre National, Bruxelles

Pour devenir quelqu’un d’autre, il suffit de le rêver et de le dire. Partant de l’écriture performative de Kathy Acker où l’autobiographie flirte avec la fiction, où la personne et le personnage se confondent, Black Tarentula (je ne suis pas un robot) explore la métamorphose et le trouble identitaire. Dans un univers où l’intimité du quotidien fait jaillir la science-fiction, les acteurs changent de rôle, d’identité, de sexe, d’époque et de lieu comme de masque. Délire ou réalité ?

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

I would prefer not to de Selma Alaoui (février 2011)

Mis en scène par Selma Alaoui

Théâtre Les Tanneurs (Bruxelles) et Théâtre de la Place (Liège)

Cultivée avec ferveur par les peintres et poètes romantiques, la mélancolie n'est que rarement un vrai sujet de théâtre. C'est un bonheur double, dès lors, de voir Selma Alaoui s'emparer du sujet et le faire avec une telle excellence. La metteuse en scène, remarquée pour son Anticlimax au festival Emulation, s'est appuyée sur deux textes pour construire son spectacle. D'abord le Bartleby de Herman Melville, dont le héros, petit employé modèle à Wall Street au 19e siècle, entre petit à petit dans une dissidence aussi polie qu'implacable envers son patron, dissidence résumée par cette phrase dont la pièce tire son nom: « Je préfèrerais ne pas... ». Ensuite La Mère, texte beaucoup plus récent du Polonais Witkiewicz, qui explore un des fondements de la mélancolie: le rapport complètement tordu, d’amour et de haine, entre une mère et son fils. Comédiens impeccables, scénographie remarquable qui permet de glisser entre les époques, judicieuse adaptation et imbrication des textes, direction d'acteurs impressionnante: le pari de Selma Alaoui est d'autant plus réussi qu'il était risqué!

Rôle: le patron


:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Projet Lulu (octobre 2010)

Mis en scène par V. Sornaga

Théâtre de la Place (Liège)

Un dompteur en frac annonce, devant un rideau rouge, qu’il va nous présenter la créature la plus fascinante et dangereuse qu’il ait été donné de voir. On amène alors une femme. Un impromptu « Coupez ! » laisse découvrir qu’il s’agissait d’un tournage. Il nous plonge au cœur de l’adaptation cinématographique de « Lulu » de Wedekind. Au cours des prises de vue, le désir, source de toutes les pulsions artistiques, laisse peu à peu place aux fantasmes délirants des protagonistes qui dévastent tout sur leur passage. Le spectacle s’achève avec la dernière scène de « Lulu », assassinée par Jack l’éventreur dans le Londres de la fin du XIXème siècle.

Rôle: Alwa


Projet Lulu au Festival Emulation par TodayinLiege

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Le Songe d’une nuit d’été de W. Shakespeare (juin 2009)

Mis en scène par V. Sornaga

Théâtre Les Tanneurs (Bruxelles) et Théâtre de la Place (Liège)

C'est une histoire complexe dont l'action se déroule en Grèce et réunit pour mieux les désunir deux couples de jeunes amants : Lysandre et Démétrius d'une part, Hélèna et Hermia d'autre part. Hermia veut épouser Lysandre mais son père, Égée, la destine à Démétrius, dont est amoureuse Hélèna. Lysandre et Hermia s'enfuient dans la forêt, poursuivis par Démétrius, lui-même poursuivi par Hélèna. Pendant ce temps, Obéron, roi des elfes, a ordonné à Puck de verser une potion sur les paupières de sa femme, Titania. Il entre dans la forêt avec Puck. Pendant la nuit, la confusion règne.

Rôle: Puck

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Mars de Fritz Zorn (mars 2009)

Mis en scène par Denis Laujol

Création au Théâtre Océan Nord

Le dernier cri d’un jeune homme de la meilleure société, bien sous tous rapports, élevé dans le culte de l’harmonie et de la tranquillité, dans le refus du conflit et de toute forme de friction, privé du même coup de tout contact réel avec quiconque, sans amis et sans amours, finalement étouffé par la dépression et par un cancer de la gorge qu’il attribue à toutes les larmes qu’il n’avait pas pleurées dans sa vie ; son âpre lutte, au seuil de la mort, vers la clarté ; et puis sa révolte, intacte, comme un diamant brut, une petite victoire au cœur de l’immense défaite.

Rôle: F. Zorn

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Game Over de Jeanne Dandoy (janvier 2008)

Mis en scène par Jeanne Dandoy

Création Théâtre National Bruxelles. Tournée Mons, Tournai…

Christiane, la maman, Jean-Paul, le papa, Laetitia et Nicolas, les deux enfants, plus Olivier, le petit ami de Laetitia : Une famille “normale” - composée d'humains ni bons ni mauvais - s'apprête à passer un Noël sans histoire. Mais quelque chose dérape, dans le fossé des frustrations et insatisfactions qui chaque jour se creuse plus profond, une limite est franchie, la violence permanente distillée par la télévision et les jeux vidéo finit par sortir de l'écran et s'inscrire dans le réel, comme une tentation irrésistible et peut-être définitive…

Rôle: Nicolas

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Anticlimax de Werner Schwab (octobre 2007)

Mis en scène par Selma Alaoui

Création Théâtre les Tanneurs bruxelles – Tournée Théâtre de la Place liege

Entre un père ivrogne, une mère maniaque de l’astiquage et un frère gavé de pornographie, Marie, en victime consentante, subit. Elle veut sauver les siens de leur décadence et, si possible, le monde entier. Le décalage avec le réel rend la surenchère de sexe et de violence drôle et factice: les gens et les décors semblent familiers mais des éléments bizarres troublent cette réalité. La parole est primordiale: dans une langue singulière, la pièce renverse l’ordre moral, social, religieux et montre les monstres humains produits par la société

Rôle: le père

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Etats d’urgence (février 2007)

Création collective sous la direction de Thomas Ostermeier

Création Festival de Liége, Théâtre de la Place

Thomas Ostermeier va imaginer une collaboration entre quatre jeunes metteurs en scène allemands et 16 jeunes comédiens belges. Cette collaboration aboutira à la présentation de quatre pièces, durant la même soirée, lors d’un parcours dans plusieurs lieux inattendus de l’ex-caserne Fonck.

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Pop? (novembre 2005)

Création collective, mise en scène d'Armel Roussel

Tournée Théâtre Varia, Maison de la Culture de Bourges (Fr), Cdn Amiens, Kvs (Bxl)...

Sur un plateau blanc encadré de dix-sept petits lits servant de loges, le public assiste à un défilé de personnages drôles, excentriques, bavards, cruels, égocentriques et passablement exhibitionnistes. Basé en partie sur une écriture personnelle des comédiens, Pop ? est un spectacle totalement déjanté, sorte de théâtre-performance porté par dix-sept acteurs et où la provocation fait sens. S’inspirant du travail d’artistes éclectiques tels que Matthew Barney, Baudelaire, Andy Warhol, Pina Bausch, Nikki de Saint-Phalle, Gilbert & Georges…., Pop ? passe au crible les désirs, les frustrations et la solitude humaine d’une génération qui en questionne une autre. Parcours dans la végétation des fantasmes où le gore et le mauvais goût trash chers à Armel Roussel sont tempérés par une loufoquerie sophistiquée, Pop ? a frappé fort à Bruxelles.

Rôle: le père

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Oedipe à Colone de Sophocle (octobre 2005)

Mise en scène de Vincent Sornaga

Théâtre Varia

Le mythe d'Oedipe, qui tua son père et épousa sa propre mère, est l'un des mythes fondamentaux de la tragédie grecque et l'un des points de départ de nombreuses oeuvres artistiques et littéraires, depuis l'Antiquité jusqu'à présent. Après avoir traité le sujet dans Oedipe Roi, Sophocle écrivit cette deuxième tragédie peu de temps avant de mourir et la premiére représentation n'eut lieu que 5 ans après sa mort, en 401 av.J.C.

Rôle: Créon

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Hamlet (version athée) de W. Shakespeare (février/mars 2005)

Mis en scène par Armel Roussel

Tournée au Lieu Unique Nantes, CDN Genevilliers, Théâtre Varia Bruxelles

Hamlet est un mystère que chacun – de celui qui le lit, le voit ou le présente – peut faire sien et façonner à son image. Le spectacle présenté ici est Hamlet (version athée). Au-delà du fait que cette mention rajoutée suppose l’existence possible d’une version religieuse (Hamlet, version fanatique ?), cela signifie qu’aucun des personnages n’agit au nom du droit divin, de la croyance ou de la pensée théologique, mais bien au nom du droit humain.

Rôle: le Roi Claudius

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::